En savoir plus sur les « maires en colère »

Voici un très bon article de « la gazette des communes » magazine objectif et independant, sur le mouvement des maires en colères….

 

« Les maires en colère » : le Tea Party du Grand Paris

 

Hostile à la métropole du Grand Paris et à la baisse des dotations, le collectif des « maires en colère » a tenté d’interpeller le Premier ministre lors du congrès de l’AMIF, le 14 avril. Adepte de l’agit-prop, ce mouvement contourne les associations d’élus par la droite.

Jusqu’où ira le ras-le-bol des maires ?A l’occasion du congrès automnal de l’AMF, certains d’entre eux voulaient descendre dans la rue. Voire fermer leur hôtel de ville. Des perspectives qu’a, alors, discrètement écartées l’Association des maires de France. Les administrés communaux n’avaient, selon elle, pas à pâtir de l’incurie de l’Etat.

Depuis, la grogne n’est pas retombée, bien au contraire. Au sein de la région capitale, le collectif intitulé « Les maires en colère » hausse le ton. Lors du salon des maires d’Ile-de-France, ces élus de droite ont organisé une manifestation juste avantl’intervention de Manuel Valls. Dans leur ligne de mire : la réforme territoriale et la baisse historique des dotations de l’Etat.

Pour le collectif, ces mesures vont « ponctionner trois quarts du budget des communes et les déposséder de leurs prérogatives essentielles ».

Agit-prop – « À partir du 1er janvier 2016, le Gouvernement a décidé de récolter lui-même, au nez et à la barbe des collectivités locales, les fruits d’années d’effort et de travail, pour les donner à une usine à gaz technocratique », jugent « Les maires en colère ». Et ces édiles de dénoncer une réforme des rythmes scolaires coûteuse en deniers municipaux ainsi qu’une volonté de leur transférer l’impopularité fiscale.

Mais, au fait, qui sont ces rebelles ? Dans le lot, on repère les premiers magistrats des communes les plus prospères de la région, tels Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP) à Puteaux (Hauts-de-Seine), Sylvain Berrios à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) et Philippe Brillault (UMP) au Chesnay (Yvelines). On note aussi la présence de l’emblématique Patrick Balkany (UMP).

Communiqué d’Eric Chamault,

Conseiller municipal (PS) d’opposition de Villeneuve le Roi

Depuis plusieurs jours, « les maires en colère », la succursale de l’UMP a lancé à Villeneuve-le-Roi, à l’instigation du Maire de Villeneuve-le-Roi, responsable départemental de cette structure, une grande campagne de pétition pour s’opposer à la baisse des dotations de l’Etat.

Ce serait son droit le plus évident s’il n’utilisait pas, pour ce faire, les moyens de la ville et l’argent des contribuables.

Banderoles, panneaux publicitaires, tract pétition sont ainsi financés par la commune qui en assure la fabrication, l’installation et la diffusion.

Cette situation est inacceptable.

Mais, il y a pire encore, les habitants sont invités à signer en ligne la pétition de l’association UMP « les maires en colère »… sur le site de la mairie !

A quoi serviront les fichiers ainsi constitués. Vont-ils être récupérés par « les maires en colère » et demain utilisés par l’UMP ?

La CNIL a ainsi été saisie afin que les vérifications soient faites.

Les villeneuvois doivent savoir à qui ils donnent leurs noms et signatures et à quelle fin.

 

La succursale des élus de l’UMP/Les Républicains

en col

Avec en Guest Star, Patrick BALKANY, un spécialiste des « financements locaux »

3558325_balkany-new_545x460_autocrop

Police municipale armée?

Suite au Conseil municipal du 30 juin, je souhaite vous informer de ma position sur le vœux déposé par la majorité municipale demandant au préfet du val de Marne l’autorisation d’armer la police municipale de revolvers 357 magnum.

Dans m357mag10on intervention, j’ai demandé qu’un débat sérieux avec documents à l’appui, bilan des missions et de l’action de la police municipale soit programmé afin que le Conseil municipal puisse débattre sur ce sujet très sérieux, au-delàd’un simple vœux à la fin d’un Conseil.

J’ai rappelé mon opposition par principe à l’armement avec des armes létales d’une PM, alors que celle de Villeneuve le Roi dispose déjà d’un arsenal important et même d’un chien d’attaque. Mais je suis prêt à débattre sur le sujet avec tous les éléments. Cette proposition a été rejeté par le maire qui ne souhaite pas ce débat…

                                             J’ai voté contre ce vœux.

 

Eric Chamault, Conseiller municipal de Villeneuve le Roi 

           ec fetes

Fête de la Ferme des Meuniers

 

Samedi à partir de 10h30 et toute la journée se déroulera la fête de la ferme pédagogique. Outre le fait que cette initiative annuelle est toujours placée sous le signe de la convivialité, notre présence est importante pour soutenir son action pédagogique et sociale, et défendre ses acquis face au Maire de Villeneuve le Roi, qui rappelez-vous avait tenté de la tuer.

ferme2

L’UMP nivelle par le bas le débat sur la réforme du collège

En pariant sur l’échec de la réforme du collège, l’UMP veut en finir avec le collège unique

Colombe Brossel, secrétaire nationale à l’Éducation et à la Formation

Yannick Trigance, secrétaire national adjoint à l’Éducation 

Le Parti socialiste déplore les prises de positions caricaturales de l’UMP qui nivelle par le bas le débat sur la réforme du collège.

Au-delà de ces approximations sur le contenu même de la réforme, l’UMP semble se satisfaire de la situation qu’il nous a léguée. Le collège après 10 ans de gouvernement de droite est l’un des plus inégalitaires au monde, il amplifie les inégalités sociales et culturelles et laisse 20% des élèves en échec scolaire. Mais pour l’UMP, il est urgent d’attendre et de ne rien faire. Pour le Gouvernement et Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, il est au contraire indispensable d’agir pour un collège plus juste dans lequel les bénéfices des dispositifs jusqu’à présent réservés à une minorité soient étendus à tous. C’est cela, la lutte contre les inégalités.

Si l’UMP fait le pari de l’échec de la réforme, c’est qu’en définitive il veut la fin du collège unique, comme le Front national d’ailleurs. Nous refusons de transformer le collège en zone de tri du lycée et, avec la communauté éducative, nous voulons – et plus que jamais après les attentats de janvier dernier qui ont frappé la France – continuer d’y former des citoyens en capacité de vivre-ensemble, de faire République et d’agir sur le monde.

Le Parti socialiste réaffirme son soutien au gouvernement pour mettre en œuvre cette nouvelle étape dans la Refondation de l’école de la République pour tous les élèves et leurs familles.

CHICHE MONSIEUR GONZALES !

 

« Rythmes scolaires. Le maire de Bilieu (Isère) et ses adjoints réduisent leurs indemnités pour favoriser les activités périscolaires

 

Le maire de Bilieu, en Isère, et ses adjoints ont réduit leurs indemnités de 40% afin de financer les nouvelles activités mises en place dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. 

Le maire a décidé de ramener ses indemnités à 1.000 euros brut, au lieu de 1.600 euros par mois. Un poste d’adjoint a été supprimé et les indemnités des trois autres adjoints au maire ont également été minorées de 40%.

Tout cela pour permettre aux élèves de pratiquer des activités à l’heure de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. A cela, il faut ajouter la dotation de l’Etat qui atteint près de 10.000 euros pour les 193 élèves de la commune. »

 

Voila, entre autres, où trouver de l’argent pour financer les activités péri-scolaire à Villeneuve le Roi, Monsieur Gonzalès!!!

Ajouté au 100 000 euros de dotation de l’Etat!

Alors, Monsieur le Maire, et Mesdames et Messieurs les Adjoints : CHICHE !!!

 

 

Rythmes scolaires: Daniel GUERIN rappelle  le maire de Villeneuve le Roi à ses responsabilités !

A la suite de l’appel de Didier Gonzalès, à boycotter l’école le mercredi 3 septembre contre l’application des rythmes scolaires, Daniel Guérin, Conseiller général appelle à plus de sérénité et de responsabilité.

 Tout d’abord, il déplore la diffusion d’un quatre pages aux frais des contribuables plus polémique que constructif et qui divise les Villeneuvois plutôt que de les rassembler.

 Ensuite, Daniel Guérin estime que le maire va imposer aux  familles  un décalage du début des cours de 8h30 à 9h les obligeant à payer l’accueil du matin durant une demi-heure : « Les familles devront payer jusqu’à 5€/jour pour 1/2h ».

 Pour Daniel Guérin « La mairie doit assumer les conséquences de ses actes : assurer gratuitement l’accueil des enfants entre 08h30 et 09h00, proposer des activités aux enfants durant la pause du midi en utilisant la dotation de près de 100.000 € que la commune va percevoir de l’Etat pour ce faire et préparer des maintenant le retour aux horaires habituels a notre commune de début de l’école. » 

 images

Défendre le droit des riverains

Voeu présenté par Daniel Guérin, Conseiller général ( Ablon-Villeneuve-le-Roi), et Christine Janodet, maire, Conseillère générale d’Orly

(article de Citoyens 94)

Le Conseil général du Val-de-Marne réuni en séance plénière ce lundi 19 mai, a voté à l’unanimité un voeu pour défendre les droits des riverains de l’aéroport d’Orly à l’insonorisation de leurs logements.

Le voeu se réjouit de l’extension du plan de gêne sonore et de la prolongation jusque fin 2014 du remboursement à 100% du plafond de l’aide à l’insonorisation mais constate que l’insuffisance des ressources actuelles du fonds d’aide aux riverains.

Le voeu demande donc une réévaluation de la TNSA (taxe sur les nuisances aériennes sonores prélevée sur les compagnies aériennes selon le nombre et le type de mouvements aériens constatés).

Le voeu réclame également uné pérennisation de l’aide à 100% du plafond des travaux d’insonorisation ainsi que la revalorisation des plafonds afin que l’aide puisse vraiment couvrir le coût des travaux.

Avion-Habitation-2-©-Alain-Bachellier-Fotolia.com_-150x150Il réclame aussi la suppression de la date « couperet » de 1975 qui prive de cette aide une partie des habitants les plus exposés aux nuisances (ceux qui se sont installés après cette date). Le voeu réclame enfin l’élargissement du plan de gêne sonore dans le cadre de son processus de révision.

Voté à l’unanimité, ce voeu était présenté par Daniel Guérin (MRC, Ablon-Villeneuve-le-Roi), et Christine Janodet (GC, Orly)

Indemnités des élus : l’équipe municipale ne connaît pas la crise.

images (1)

Lors du Conseil municipal du 17 avril, la majorité municipale a voté une augmentation de 21% de ses indemnités dont plus de 33% pour celle du maire.

Alors que tous les Français sont appelés à faire des efforts pour participer à la lutte contre la crise qui frappe notre pays, le maire et son équipe font le contraire sur le dos des contribuables Villeneuvois.

 images

Si nous sommes d’accord pour que les élus qui travaillent pour l’intérêt général soient indemnisés, nous avons proposé qu’ils participent aussi à l’effort de tous en faisant 10% d’économie sur les indemnités : mais le maire et son équipe ne l’entendent pas ainsi… et se sont voté une confortable augmentation !!!

 

Beaucoup de maire de toutes tendances ont déjà appliqué une réduction des indemnités :

Grenoble (EELV) : -25%

Boucau (divers droite) : -15%

Beauvais (UMP) : -36% pour le maire

Valence (UMP) : -30%

 

Première mesure de la nouvelle équipe municipale : très symbolique.

téléchargement

machines à voter : machines à truander???

La commission des lois du Sénat a commandé une mission d’information sur le vote électronique. Deux sénateurs, Alain Anziani (PS) et Antoine Lefèvre (UMP), ont rendu leur rapport.

Si celui-ci préconise le maintien du moratoire décidé en 2007, il ne préconise pas hélas l’interdiction des machines à voter. Mais il fait par ailleurs des propositions pour mieux encadrer ce vote tout en pointant les dysfonctionnements et la méfiance qui entoure le vote électronique;

 Mais ce rapport est édifiant sur l’utilisation des machines à voter et jette le trouble et le discrédit sur les résultats des différents scrutins à Villeneuve le Roi.


vote1

Les deux sénateurs (un UMP et un PS) ne sont pas tendres avec le vote électronique puisqu’ils prônent le maintien du moratoire qui interdit à toute municipalité nouvelle de se doter de ces machines.
Voici quelques morceaux choisis de ce rapport :
« Aujourd’hui, les machines à voter ne peuvent garantir ni la conformité du choix de l’électeur, ni l’absence de dysfonctionnement dans l’enregistrement des suffrages. (…)
L’électeur ne peut pas contrôler la réalité de l’expression de son suffrage. Il appuie bien sur le bouton correspondant au candidat de son choix, mais il ne peut pas s’assurer que la machine enregistre correctement son vote.(…)

M. Gilles Toulemonde, maître de conférences en droit public, a dénoncé, lors de ses échanges avec vos rapporteurs, l’« opacité du vote ».

Contrairement à la double procédure de contrôle mise en place pour le vote à l’urne par le code électoral, d’abord au sein du bureau de vote puis, lors du dépouillement, devant le juge administratif qui peut examiner les bulletins litigieux, le dénombrement des suffrages dans les bureaux équipés d’une machine à voter s’effectue par la lecture des compteurs que le président rend visibles à la clôture du vote. Il n’est pas possible, en l’état, de procéder en cas de résultats litigieux à un recomptage des votes enregistrés par la machine. (…)

Comment alors s’assurer de la fiabilité des résultats dès lors qu’aucun dysfonctionnement du système ne peut être écarté ? «

machine
Les auteurs du rapport cassent aussi une idée reçue qui voudrait que le vote électronique coûte moins cher à la commune :


« Les promoteurs du vote électronique le présentent comme une source d’économie pour les communes. D’autres personnes relèvent en revanche le coût élevé des machines (de 4 000 à 6 000 euros) et les frais complémentaires d’assistance technique, de formation, d’entretien et de mise à niveau. Les charges qui en découlent pour les communes ont conduit plusieurs d’entre elles à renoncer aux machines pour ce motif »
De même qu’ils s’interrogent sur le côté « écologique » de ces machines :
« Certains soulignent le gain écologique de la suppression des bulletins papiers (pâte à bois, transport…). L’argument doit être relativisé. La propagande électorale n’est pas dématérialisée et continue d’être adressée aux électeurs par voie postale. M. Gilles Toulemonde précise en outre que le bilan écologique doit prendre en compte le traitement des déchets –machines et cartes mémoire- potentiellement plus nocif pour l’environnement que la consommation de papier »
Enfin sur les possibilités de fraude :
« Celle-ci peut s’exercer par l’introduction d’un logiciel de détournement du vote qui, ensuite, s’autodétruit ou la modification du code du logiciel pour falsifier les résultats. (…)
« … des informaticiens nous ont démontré le risque de fraude par introduction d’un logiciel permettant le détournement du vote. Il y a donc un risque persistant, non seulement pour la sincérité du suffrage, mais aussi pour son secret »….

Pour toutes ces raisons, nous demandons, l’interdiction totale des machines à voter dans toutes les communes qui en sont dotées. La démocratie y gagnera….

 

 

Vous trouverez ci-dessous l’article de Libération sur le sujet et surtout le rapport des deux parlementaires qui pourra éclairer le débat qui agite Villeneuve le Roi après le vote du premier tour des municipales.

http://www.liberation.fr/politiques/2014/04/15/vote-electronique-un-rapport-parlementaire-appelle-a-la-prudence_997935