Hold up sur la brocante

Le club de gym dans le collimateur 

Ils l’ont fait ! Cela démangeait le maire et son clan. Le pas est franchi. Le club de gymnastique de Villeneuve ne pourra plus organiser la brocante des fêtes d’automne. Cela faisait plus de 20 ans que les bénévoles de cette association sportive initiaient cet événement permettant d’apporter quelques recettes supplémentaires au club. 

Mais M. Gonzalès ne conçoit pas qu’un événement se déroule  sans qu’il en soit l’instigateur. Le verdict est donc tombé. Le motif invoqué laisse rêveur : il n’est pas normal que la gym ait le monopole de cette organisation. Mais aucune association n’a jamais mise en cause la gym, et ne souhaite prendre en charge l’organisation de cette brocante. 

Enfin si l’on parle monopole, alors il faut parler du “MONOPOLE ", dont dispose l’association du comité des fêtes sur la plupart des manifestations municipales. Il y a donc deux poids deux mesures, d’un côté le maire tacle la gym, de l’autre il donne une exclusivité au comité des fêtes, qui d’ailleurs, ne rend de “comptes” à personne. 

Mais soyons lucide, les dirigeants de la Gym ne sont pas des " biens pensants ", alors que les animateurs du comité des fêtes sont tous des amis du maire.  

Nous venons d’apprendre que l’organisation de la brocante était confiée à une personne de MAISON ALFORT qui prendra une partie des recettes. Que restera-t-il pour les associations ? 

Voilà comment est administrée notre ville : tout pour ses copains et son clan.

1 comment for “Hold up sur la brocante

  1. JM
    19 septembre 2010 at 18:40

    J’ai lu avec attention votre billet sur la rue commerçante.
    Force est effectivement de constater que ce qui faisait autrefois la richesse de notre ville perd peu à peu de son éclat. Au-delà des banques et des agences immobilières, ce qui guette la rue du commerce c’est la ghettoïsation qui a frappé en quelques années la rue de Paris à Villeneuve-Saint-Georges. Un exemple absolu de ce qu’il faut absolument éviter. L’arrivée de plusieurs Kebabs, et d’une boucherie communautaire rue du commerce ont montré la voie. A tel point qu’en termes de commerce alimentaire, ce qui devrait être l’exception devient progressivement la règle (Halal par exemple). Le tout, évidemment, avec la bénédiction de nos hommes politiques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*